Pinot en contrôle, Geniez pour la forme

Pinot en contrôle, Geniez pour la forme

Cette dernière étape entre Lélex et Culoz offre un terrain de jeu propice aux challengers de Thibaut Pinot d’essayer de lui enlever son maillot jaune. La tâche s’annonçait dure après l’aisance et la démonstration de l’équipe FDJ dans l’étape d’hier.

Thibaut Pinot à l’attaque dans le Grand Colombier. ©James Startt / Agence Zoom

A peine une centaine de kilomètres, c’est très court. La course commençait donc sur les chapeaux de roues avec beaucoup de coureurs qui allaient s’échapper dans la première partie de l’étape. Les favoris, à l’initiative de Thibaut Pinot, vont rejoindre un à un ces échappés dont Hubert Dupont (ALM) le dernier dans les ultimes pourcentages du Grand Colombier. Dans la descente vers Culoz, plusieurs grappes de coureurs sortent et c’est finalement à quelques hectomètres de la ligne d’arrivée qu’un trio se détache : Thibaut Pinot (FDJ), Alexandre Geniez (ALM) et Mattia Cattaneo (AND). Le coureur d’AG2R La Mondiale, vainqueur en 2015, va réitérer sa performance de 2016, à savoir remporter la dernière étape. Le Ruthénois s’impose une nouvelle fois au sprint devant Pinot qui s’assure la tunique jaune et l’édition 2017 du Tour de l’Ain.

Coup de maîtres pour la FDJ

Coup de maîtres pour la FDJ

La longue droite finale était trompeuse. Cette étape entre Lagnieu et Oyonnax n’avait rien d’un long fleuve tranquille.

Après trois premiers jours sans pluie, mère nature a décidé de rajouter du piquant à cette première étape de montagne. Enfin, la bataille entre les favoris du général pouvait être lancée !

Plusieurs tentatives vont secouer la première partie de l’étape notamment dans la première difficulté du jour la côte d’Ordonnaz (cat. 1). Un groupe de plus 20 coureurs emmené par Bruno Armirail (FDJ) passe en tête au sommet. Les regroupements se referont dans la descente avant d’attaquer le col de Ballon. Derrière, les sprinteurs sont déjà lâchés. L’échappée du jour, celle qui va durer le plus longtemps sans pour autant triompher, se forme dans les pentes du col de Ballon. Clément Chevrier (ALM), Thomas Degand (WGG) et Thibault Ferasse (ADT) passeront en tête au sommet, Degand en premier. Sur le plateau après le passage au sommet, ils comptent deux minutes d’avance sur le peloton de favoris. Alors que la pluie redouble dans la côte de Breignes, la FDJ mène un tempo élevé dans le peloton.

C’est au pied du col du Berthiand que la FDJ va fondre sur les échappés et les rejoindre après un gros travail de Bruno Armirail. C’est dans ces pentes d’une difficulté classée en 1ère catégorie que trois coureurs sortent du peloton : Thibaut Pinot (FDJ), David Gaudu (FDJ) et Brice Feillul (TFO). Kruijswijk et Geniez partent en contre derrière. Devant Feillu lâche prise, et les deux coureurs de la FDJ filent sous les cordes basculant en tête du col.

L’émotion de David Gaudu au moment de franchir la ligne. /Photo Aubin Lipke – Tour de l’Ain

Il reste alors une vingtaine de kilomètres et la piégeuse côte de Ceyssiat (cat. 3) située à 6km de l’arrivée. L’écart avec les poursuivants est de 45 secondes au sommet. La victoire semble acquise pour les deux coéquipiers, reste à savoir qui passera la ligne en premier. Dans la descente de Ceyssiat, Alexandre Geniez (ALM) décide d’attaquer derrière voulant limiter la casse au général. Le Ruthénois ne reviendra pas sur le duo devant.

Au bout du cours de Verdun devant le stade Charles Mathon, Gaudu et Pinot transforme le coup parfait de la journée. Le breton David Gaudu signera une victoire qui en appellera beaucoup d’autres chez les pros alors que son aîné, deuxième à quelques centimètres derrière, s’assurait du maillot jaune ce soir.

Sprint houleux, Bouhanni victorieux

Sprint houleux, Bouhanni victorieux

Presque une copie conforme de la veille, cette deuxième étape entre Ambérieu-en-Bugey et Saint-Vulbas ne réservait pas beaucoup de scénarii possibles. Un sprint massif se profilait au terme des 145 km à travers la Plaine de l’Ain.

Le maillot à pois avant le sprint

L’échappée du jour n’est pas sortie au kilomètre 0. Le peloton a bataillé sur les premiers kilomètres, offrant la possibilité à Felix Pouilly (RLM) de conforter son maillot de meilleur grimpeur au passage au sommet de la côte de Druillat. C’est après cette première difficulté que les coureurs s’étant disputé le GPM vont former une échappée : ils sont quatre avant finalement de se retrouver quelques kilomètres plus loin à trois. Romain Combaud (DMP) lâché, il ne reste plus que Ryan Anderson (DEN), Jérémy Lecroq (RLM) et Robert Kessler (ALL). L’écart montera jusqu’à 3’40’’ avant que derrière le peloton mette la machine en route.
Les équipes Androni, Lotto-Jumbo et Cofidis vont rouler pour réduire l’écart. A 20 kilomètres de l’arrivée, l’écart n’est plus que de 1’15’’. A 9 kilomètres du but, Ryan Anderson tente de partir tout seul. Il sera rejoint à 5 kilomètres de l’arrivée.
Les sprinteurs s’organisent et déboulent à toute allure dans la ligne droite finale de 200 mètres. Nacer Bouhanni (COF) est très bien placé, à ses côtés Anthony Maldonado est dans le coup. A 150m de la ligne, le coureur de la formation HP BTP Auber 93 est violemment projeté vers l’extérieur et finit dans les barrières. Son casque est ejecté, le choc est violent, il restera de très longues minutes au sol.
Devant, Bouhanni a maintenant creusé un écart que ses adversaires ne peuvent combler. Le sprinteur vosgien retrouve ainsi le goût de la victoire même si celle-ci aura mis du temps à s’officialiser après la décision des commissaires.
Avec le jeu des bonifications, Bouhanni s’empare ce soir du maillot jaune de leader au général. L’étape de demain entre Lagnieu et Oyonnax rebattra sans doute les cartes avec une explication entre les favoris à la victoire finale.

Lobato en costaud

Lobato en costaud

Après un prologue disputé hier dans les rues de Bourg-en-Bresse, le peloton du Tour de l’Ain faisait cap vers le sud aujourd’hui entre Polliat et Trévoux.
Promise aux sprinteurs, quelques coureurs vont tenter le coup de la bonne échappée dès le début de l’étape. Ce sont cinq équipes sans réel sprinteur désigné qui vont glisser chacune un coureur. On y retrouve Paul Ourselin (Direct Energie), Florian Stork (Development Team Sunweb), Félix Pouilly (Roubaix-Lille Métropole), Johannes Schinnagel (Allemagne Espoirs) et Sergey Luchshenko (Astana City). Ils compteront jusqu’à 3’50’’ d’avance sur le peloton.
A environ  10 kilomètres de l’arrivée lors du premier passage sur la ligne, l’écart est d’une minute. Les espoirs de se disputer la victoire entre échappés sont maigres. L’équipe Androni se décide de rouler en tête pour combler l’écart. Les espoirs de l’échappée sont vains à l’entame du dernier kilomètre.

Les cinq échappés avaient encore une minute d’avance au premier passage sur la ligne à Trévoux.

Les cinq hommes repris c’est donc un sprint massif qui se profile dans un final tortueux et en faux plat montant. Les yeux sont rivés sur Nacer Bouhanni, annoncé grand favori aujourd’hui, mais c’est bien un autre coureur qui va sortir du lot. L’espagnol Juan José Lobato (Lotto Jumbo) lance son sprint de très loin mais résiste au retour de deux ex-champions de France. Nacer Bouhanni et Steven Tronet ne pourront contester la victoire à Lobato qui a le temps de lever les bras au ciel 25m avant la ligne. Le coureur espagnol avec le jeu des bonifications s’empare par la même occasion du maillot jaune de leader au général.

Le Bon chrono !

Le Bon chrono !

Timide dans la matinée, le soleil s’est enfin décidé à pointer le bout de son nez dès que la course des pros a été lancée. Si le prologue sur route mouillée a été périlleux pour les cadets, les coureurs pros ont profité d’une route presque sèche pour dépasser allègrement les 50km/h dans les rues de Bourg-en-Bresse.

On attendait les rouleurs et on a été servis ! Alexey Vermeulen (TLJ) signait un premier temps de référence en 4’39’’ sur les 3,8km du parcours. Pas complètement content par son chrono au moment de retourner à son bus et de distiller des conseils à son leader Steven Kruijswijk, le jeune américain vit son temps battu par Johan Le Bon (FDJ). Annoncé parmi les favoris à la victoire de ce chrono, le rouleur français a tenu son rang. Sa balade dans Bourg-en-Bresse était la plus rapide en 4’32’’05. Il s’octroie ainsi le plaisir de revêtir la tunique jaune de leader au général.

Derrière, les favoris assurent

Assez court, ce prologue, sauf chute ou problème mécanique, ne pouvait pas créer d’énormes écarts. Ainsi, entre les 3 favoris à la victoire finale on se tient en 5 secondes : Geniez (2e à 1’’97), Pinot (4e à 3’’62) et Kruijswijk (11e à 7’’28).

Lanterne rouge ce soir, le coureur de l’équipe de France Aurélien Paret-Peintre termine à 43 secondes de Johan Le Bon. Celui qui prépare le Tour de l’Avenir avec ses coéquipiers tricolores courrait son premier prologue. « C’était dur » déclarait-il après l’arrivée mais déjà la tête tournée vers les étapes de montagne.

L’étape de demain

Demain direction le sud et la plaine de l’Ain ! Entre Polliat et Trévoux sur 141,1km, Nacer Bouhanni est annoncé comme LE favori pour s’imposer dans un sprint massif à Trévoux. Avec Geoffrey è son poisson pilote retrouvé et la fratrie Turgis pour l’emmener, il compte bien réitérer sa performance de 2015 dans l’Ain (2 victoires). Derrière les briscards comme Samuel Dumoulin seront en embuscade pour tenter de lui ravir ce sacre en bord de Saône.

J-1 avant le Tour de l’Ain !

J-1 avant le Tour de l’Ain !

Plus qu’un jour, plus que quelques heures avant le départ du Tour de l’Ain 2017. Absent en 2016, le prologue dans les rues de Bourg-en-Bresse fait son retour en 2017 !

Rendez-vous donc demain dès le début d’après-midi autour du théâtre pour des animations avant que l’édition 2017 se lance à 16h par le départ de la première équipe du Tour de l’Ain cadets.
Pendant 30 minutes, les Cadets lanceront le Tour de l’Ain par un contre-la-montre par équipe de 3,8km dans les rues de Bourg sur le même parcours que les pros.
Côté pros, le premier coureur s’élancera à 17h45 de la rampe, s’en suivront des départs de minute en minute jusqu’au dernier à 19h27.

 

Retrouvez toutes les infos sportives concernant le prologue ici.

Retrouvez toutes les infos liées à la circulation dans Bourg-en-Bresse ici.

Retrouvez la liste des équipes et des coureurs ici.

Retrouvez les ordres de départ de chaque coureur ici.

 

De l’Avenir sur le Tour de l’Ain

De l’Avenir sur le Tour de l’Ain

Comme depuis quelques années maintenant, le Tour de l’Ain offre la possibilité aux meilleurs espoirs du cyclisme mondial de se confronter à leurs aînés. Le peloton 2017 sera encore une fois un patchwork de coureurs se résumant à deux mots : expérience et avenir. Une déclinaison qui se retrouve même chez certaines équipes…

 

FDJ : Pinot – Gaudu, le maître et l’élève

Thibaut Pinot vient sur le Tour de l’Ain pour se faire plaisir. Si on le place parmi les favoris pour la victoire finale, il ne faudra pas négliger un de ses coéquipiers : David Gaudu. Le Breton est tout simplement le vainqueur du Tour de l’Avenir 2016, l’épreuve de référence pour les moins de 23 ans au niveau international. Déjà présent sur le Tour de l’Ain 2016 (en préparation pour sa victoire au Tour de l’Avenir quelques jours plus tard), David Gaudu, alors dans les rangs de l’équipe de France espoirs, avait terminé à la 5e place. Même avec Thibaut Pinot comme leader chez FDJ, difficile de coller cette année sur le Breton l’étiquette de simple coéquipier. Oui, David Gaudu a les capacités de briller et de se mesurer aux Geniez et Kruijswijk avec peut-être des rôles qui pourraient s’inverser au sein de la FDJ selon la physionomie de la course.

Au rayon de ceux qui ont brillé sur le Tour de l’Avenir et sont passés pro, la formation Lotto-NL Jumbo alignera le norvégien Amund Grondahl Jansen. Cela sera sa première participation au Tour de l’Ain et pourtant les routes du département lui réussissent : il avait levé les bras sur le Tour de l’Avenir 2016 à Trévoux, qui sera aussi l’arrivée de la première étape du Tour de l’Ain 2017. Plutôt taillé pour les classiques, il y a peu de chances qu’il reste invaincu sur les berges de la Saône. Mais pourquoi pas s’illustrer sur les autres étapes.

On n’oubliera pas non plus le français Guillaume Martin (Wanty – Groupe Gobert), vainqueur d’une étape sur le Tour de l’Avenir 2015 et troisième aux Rousses le Tour de France 2017, ou encore le prometteur colombien Jhon Rodriguez (Delko Marseille Provence KTM), vainqueur d’une étape sur le Tour de l’Avenir 2016.

 

France et Allemagne: l’Avenir dans le viseur

Si ces deux sélections ne seront pas exactement les mêmes que celles qui participeront au prochain Tour de l’Avenir (18 – 27 août), les équipes de France et d’Allemagne s’alignent sur le Tour de l’Ain pour préparer ce grand rendez-vous d’août pour les coureurs espoirs. Avec de belles cartes dans leurs mains, il faudra les suivre de très près : le coureur bressan Victor Lafay récent champion de France espoirs en ligne, Flavien Maurelet champion de France amateurs ou encore Patrick Haller champion d’Allemagne espoirs du chrono.
Dans l’ombre du trio de favoris, ce seront sans doute les premiers à aller batailler. Car dans nombre d’équipes présentes sur le Tour de l’Ain 2017, on mise sur l’Avenir : Valentin Madouas (FDJ) champion de France amateurs 2016, Nils Eekhoff (Development Team Sunweb) vainqueur de Paris-Roubaix Espoirs 2017 et Jarno Mobach (Development Team Sunweb) vainqueur de Paris-Roubaix Juniors 2016.

L’Avenir s’écrit assurément avec un A majuscule sur le Tour de l’Ain.

3 favoris pour le général

3 favoris pour le général

Le plateau du 2017 promet encore une belle bataille sur les routes de l’Ain du 8 au 12 août prochain. Parmi ce plateau, trois noms reviennent pour succéder à Sam Oomen : les deux français Thibaut Pinot et Alexandre Geniez, ainsi que le néerlandais Steven Kruijswijk. Décryptage de leurs ambitions.

En terrain connu pour les français

Au contraire du coureur de la formation Lotto-NL Jumbo, Thibaut Pinot et Alexandre Geniez connaissent bien les routes de l’Ain pour y avoir déjà levé les bras. Le coureur de la FDJ compte 3 victoires d’étape sur le Tour de l’Ain (2 en 2011 et 1 en 2012). Après avoir terminé 4e du Giro d’Italia cette année, Thibaut Pinot n’a pas caché ses ambitions récemment dans les colonnes du quotidien L’Equipe : « c’est la plus belle course, ou en tout cas la plus sympa, en France. Je veux retrouver des sensation et me faire plaisir sur le Tour de l’Ain ». Après une deuxième partie de Tour de France plutôt morose pour lui et sa formation, Thibaut Pinot et ses coéquipiers pourraient être d’attaque sur chaque étape.

Dernière étape avant la Vuelta

Du côté de l’équipe AG2R La Mondiale, on mise beaucoup sur Alexandre Geniez qui poursuivra sa préparation à la Vuelta sur les routes de l’Ain. Vainqueur de deux étapes sur la Vuelta (2013 et 2016), il compte bien s’y illustrer encore et cela passe par une bonne préparation sur le Tour de l’Ain. Il est le seul parmi ces trois favoris à avoir déjà remporté le Tour de l’Ain, c’était en 2015. L’année dernière le coureur ruthénois avait accroché la dernière étape. Nul ne doute que ces routes-là pourraient lui sourire de nouveau en 2017. Enfin, le dernier de ce trio de favoris est peut-être le moins connu du public français. Le néerlandais Steven Kruijswijk a pourtant animé le Giro 2016 et porté le maillot rose pendant quelques jours avant de faire preuve de malchance. 3e du Tour de Suisse cette année, il espère réitérer cette performance de l’autre côté du lac Léman en ce mois d’août et en grappillant pourquoi pas deux places. A l’instar d’Alexandre Geniez, Kruijswijk aussi peaufinera sa préparation à la Vuelta sur les routes de l’Ain. 5e de l’édition 2015 quand Geniez la remportait, il faudra compter sur lui cette année.

Rendez-vous ce mardi 8 août à Bourg-en-Bresse pour le prologue !

Photos: Etienne Garnier, TDW Sport, Team Lotto-NL Jumbo

Le 5 août rendez-vous au Grand Colombier !

Le 5 août rendez-vous au Grand Colombier !

Chaque 1er samedi du mois, de juin à septembre (3 juin, 1er juillet, 5 août, 2 septembre), le Département de l’Ain permet aux cyclistes de grimper le col en toute sécurité, depuis Culoz, sur route fermée lors de ses  « Journées cyclo du Grand Colombier ». Animations et ravitaillement sont offerts au sommet, avec les Fêlés du Colombier et l’office de tourisme Bugey Sud Grand Colombier.

L’avant-dernière journée aura donc le samedi 5 août, soit quelques jours avant le passage du peloton du Tour de l’Ain qui se jouera la victoire finale dans les ultimes lacets de ce col déjà mythique.

Comme les coureurs du Tour de l’Ain et du Tour de France, venez défier le géant du Bugey et ses fameux lacets du Grand Colombier !

Plus d’infos sur : www.ain.fr

Téléchargez la plaquette des journées cyclo : A5_Journee_Cyclo

 

Les équipes 2017 dévoilées

Les équipes 2017 dévoilées

Lundi 24 juillet, à l’occasion d’une conférence de presse organisée à l’hôtel Mercure de Bourg-en-Bresse, le président Jean-Marc Daul, le directeur de course Philippe Colliou et le responsable sportif du Tour de l’Ain Christian Charpigny ont dévoilé les 17 équipes qui s’élanceront le 8 août prochain de Bourg-en-Bresse pour le prologue.

 

Des équipes françaises avec des ambitions

Le peloton du Tour de l’Ain sera donc composé de 17 équipes dont 7 ont participé au Tour de France. Certains noms de coureurs ont aussi été annoncés comme Thibaut Pinot (FDJ), 4e du dernier Giro, qui sera épaulé par la jeunesse: David Gaudu, vainqueur du Tour de l’Avenir 2016, et Valentin Madouas, champion de France amateurs 2016.
Parmi les autres équipes françaises présentes, Alexandre Geniez (ALM), vainqueur de l’édition 2015, devrait être présent au départ. Le coureur aveyronnais a coché effectuera sa préparation pour la Vuelta sur les routes de l’Ain. La formation chambérienne comptera dans ses rangs le champion de France du contre-la-montre et vainqueur d’étape sur le Tour de l’Ain 2015 Pierre Latour ainsi que le sprinteur Samuel Dumoulin.
Revanchard d’un Tour de France plutôt morose, Nacer Bouhanni (COF) voudra retrouver de la confiance avant les prochaines échéances qui l’attendent. La formation Cofidis pourra aussi s’appuyer sur l’espagnol Daniel Navarro pour briller en montagne.
Auteure d’un fantastique début de saison, l’équipe de l’Armée de Terre voudra chambouler la course avec des coureurs en forme comme Steven Tronet, champion de France 2015, ou encore le toulousain Julien Loubet.
Souvent dans les échappées sur le Tour de France, la formation Fortunéo-Oscaro devrait aligner sans aucune surprise les deux régionaux Pierre-Luc Périchon et Maxime Bouet.

 

Un plateau international et plein d’Avenir

Comme l’année dernière, la formation World Tour néerlandaise Lotto-Jumbo, qui vient de remporter deux étapes sur le Tour de France, sera au départ du Tour de l’Ain. Elle devrait s’articuler autour de son leader Steven Kruijswijk, 4e du Giro 2016 et qui avait longtemps porté le maillot rose avant de le lâcher à quelques encablures de l’arrivée finale.

En vue du Tour de l’Avenir (18-27 août), l’équipe de France Espoirs et l’équipe d’Allemagne Espoirs poursuivront leur préparation à ce Tour de France des moins de 23 ans sur les routes de l’Ain. L’équipe Development Sunweb devrait aussi aligner quelques coureurs hollandais qui pourraient y participer.

Vous l’aurez compris, ce peloton 2017, mêlé d’expérience et de jeunesse, promet un feu d’artifice sur les routes du département de l’Ain du 8 au 12 août prochain.